Le panneau japonais en habillage de baie vitrée

 

Il y a 2 façons d’envisager la décoration d’une baie vitrée avec des rideaux japonais (Le mot rideau est ici employé à dessein). En effet, nous avons tendance à penser que rideaux japonais et panneaux japonais désignent le même produit.

Sur la forme oui. D’ailleurs, si vous allez dans un magasin de déco, chez un tapissier ou dans un magasin de bricolage et que vous utilisiez l’un de ces vocables, on vous montrera la même chose.

C’est normal puisque c’est la même chose ! Sauf que sur le fond il y a pourtant une différence essentielle, osons même le dire, une différence …. Philosophique !

 

Le rideau japonais…. plus rideau que japonais

 

Beaucoup de fabricants utilisent des tissus ou des voilages colorés, avec des imprimés et même des jacquards pour confectionner leurs rideaux japonais. C’est une démarche naturelle. répondant à une demande majoritaire de la clientèle. On choisi d’abord un tissu uni ou imprimé et, après on confectionne indifféremment du store, du panneau ou du rideau. Et si vous choisissez du panneau, Il vous est même possible d’avoir des panneaux de couleurs différentes. Nous nous éloignons bien entendu du shôji traditionnel mais coller à une tradition n’est pas obligatoirement dans les plans des clients rideaux.

 

Dans cette configuration « rideau », les règles habituelles de décoration s’appliquent. A savoir, ne pas trop charger, faire attention aux mélanges de styles, de matières, de couleurs….. Marie Claire maison a un article intéressant sur les 7 erreurs à ne pas commettre ! Tout un programme http://www.marieclairemaison.com/,deco-les-erreurs-a-ne-pas-commettre,200287,273820.asp

 

Le panneau japonais contemporain…sur les traces du shoji traditionnel

 

L’authentique shoji, délimite très symboliquement le jardin et l’intérieur de la maison, il est fait de papier washi blanc translucide, permettant ainsi le passage de la lumière.

 

Dans un respect de la tradition, Il existe de nos jours des fabricants qui proposent des panneaux japonais suspendus reprenant les particularités de l’antique cloison japonaise.

 

Les panneaux sont confectionnés en voile blanc translucide ou même semi-opaque pour préserver l’intimité du lieu. La fonctionnalité est au rendez-vous, l’esthétisme aussi !

 

En utilisant un tissu plus épais, ce sont les caractéristiques du fusuma qui sont reprises.

 

La séparation de l’espace (shikiri en japonais)

 

Reprenons l’exemple du shoji authentique qui module l’espace dans la maison japonaise traditionnelle. Telle grande pièce dévolue à une fonction dans la journée se cloisonnera le soir pour former des espaces nuits. Il ne reste plus qu’à sortir les futons des rangements…. clos par des fusumas.

Dans la maison traditionnelle, contrairement au shoji, le fusuma pouvait être coloré. Il servait aussi de support pour y représenter très souvent de magnifiques scènes de la nature, à l’instar des polychromes de l’école Cano.

 

 

 

Des fabricants reprennent cette idée d’impressions sur des panneaux, il faut attendre la fermeture totale des panneaux pour découvrir la scène dans sa globalité.

 

 

Certains spécialistes français vous proposent des shoji  cadre bois, croisillons et papier washi pour diviser vos pièces ou pour fermer un placard.  Ils reprennent des graphismes traditionnels et utilisent le papier washi.

 

 

Contrairement à une idée reçue, le papier washi est résistant ;  et si malencontreusement vous tâchez ou déchirez un carreau, il est possible de le remplacer.   Certes vous aurez alors une petite différence de ton avec le reste de la cloison, mais comme les Japonais,  acceptez ce nouveau visuel.  En effet, dans la culture japonaise, une réparation même imparfaite et visible ne dévalorise pas l’objet, au contraire.  

 

Le fusuma,   élément de séparation,  a cette particularité par rapport au shoji d’être totalement opaque.